Blog Alphard

Déchirement de géomembrane par tension

La méthode pour détecter la fuite se nomme « dipôle » (ASTM D7007) et fonctionne sur une couche de matériaux drainants jusqu’à environ 1m d’épaisseur maximum, mais plus la couche de recouvrement est mince et plus la méthode est précise (typiquement 30cm). On localise une fuite avec des mesures de voltage sur le sol, et on marque 2 endroits (ou parfois 4) avec des piquets, le trou se trouvant au milieu.

La méthode pour détecter la fuite appelée « dipôle » est normalisée (ASTM D7007) et fonctionne sur une couche de matériaux.

La perforation est en fait une section de géomembrane étirée à l’extrême qui a fissuré. Comme on l’entend souvent, la géomembrane ne doit jamais avoir un rôle mécanique dans un ouvrage, seulement d’étanchéité. Cette géomembrane a été soumise à un niveau de tension énorme, et devait avoir une égratignure ou une faiblesse à cet endroit pour exploser de la sorte. En creusant, le défaut s’est avéré faire plus d’un mètre de long…

À propos de l'auteur
Carl Charpentier Alphard

Carl Charpentier est chargé de détection de fuites à Groupe Alphard. Une personnalité très connue dans l’industrie, il est l’autre de plusieurs articles sur le sujet et fait partie du comité ASTM D35 sur les géosynthétiques. Il a travaillé dans la détection de fuites depuis 2001.

- Carl Charpentier
Derniers articles
Voici une série de photos d’une perforation très
rare dans une géomembrane polyéthylène (PEHD).